IDée Consultants

IDée Consultants, Cabinet de conseil et de formation* en Relations sociales, Ressources humaines, Organisation du travail et Management, accompagne depuis plus de 30 ans, des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs, pour une recherche de la performance économique indissociable d’une dynamique du dialogue social rénové.

Nous apportons de la valeur ajoutée aux projets de nos clients dans les domaines suivants :

  • Accompagnement des relations sociales : stratégie globale, accompagnement de négociation, d'information consultation, médiation
  • Optimisation des Ressources Humaines : Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences, restructuration, mobilité, reclassement
  • Management et organisation : conduite du changement, gestion de projets, organisation et temps de travail
  • Santé sécurité au travail : définition et analyse des politiques de prévention, formation à l’évaluation des risques, responsabilisation des managers, formation des CSE (élus et présidents), prévention des risques psychosociaux, prévention des risques liés aux addictions.

Nos modes d’intervention, tout en garantissant la sécurisation juridique, privilégient la volonté de rechercher un compromis durable entre toutes les parties prenantes de l’entreprise et s’attachent pour cela, dans l’analyse du besoin exprimé, à identifier les enjeux stratégiques qui maillent les dimensions managériales, organisationnelles et sociales.

IDée Consultants répond à cette ambition par une démarche de compréhension en profondeur et sur mesure :

  • Qui exclue les solutions toutes faites et les outils prêts à l’emploi,
  • En optimisant la diversité de ses compétences et l’utilisation de tous les leviers du droit, du management, de la stratégie et de la communication.

* 60 personnes formées depuis le 30 août 2021 - 100 % des participants sont satisfaits ou très satisfaits (informations mises à jour le 23/09/2021)

"Présents depuis 1988, nous sommes un acteur incontournable du conseil en relations sociales."

Depuis fort longtemps le Code du travail comportait cette disposition : « Article R4228-19 Il est interdit de laisser les travailleurs prendre leur repas dans les locaux affectés au travail . » On en comprend aisément l’importance quand on réalise que la première version de ce texte résultait d’un décret du 29 novembre 1904, et qu’à l’époque on pensait, avec quelques raisons, que les locaux de travail n’étaient pas les endroits les plus sains biologiquement et chimiquement parlant.
Fini le travail sédentaire, source des « migrations pendulaires » (ou commuting, pour les anglo-saxons, pour exprimer ce que la sécurité sociale appelait jusqu’alors bêtement les trajets domicile/travail). Le travail hybride (alternance télétravail et bureau) vise à limiter ces déplacements là et les nouveaux aménagements de locaux visent à les remplacer par une plus grande mobilité à l’intérieur de l’espace de travail.
Si le travail est un lieu de production, matérielle ou immatérielle, il est aussi un lieu de « transaction », c’est-à-dire de rencontres, d’échanges et de relations. Si ces transactions sont au départ générées par les nécessités de collaboration de travail, la nature humaine, qui fort heureusement ne se dissout pas au travail, les colorent d’entente ou de mésentente, d’amitiés ou d’inimitiés, de connivences ou de méfiance, d’harmonie ou de conflits.
Voici une maxime bien connue, qu’une affaire récente permet de discuter. Une salariée a rédigé un tweet dans lequel elle critique les pratiques de son employeur en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire : « XXX entreprise responsable ? Je travaille à XXXX, j’ vous dis même pas combien d'aliments on nous force à jeter simplement parce que l'emballage est un peu abimé. Pas si Ecolo que ça XXX »