Newsletter 61
Si vous ne parvenez pas à lire ce mail, cliquez ici
IDEE CONSULTANTS
L’actualité des RH, des Relations Sociales et du Management

L'EDITO

Gilles KarpmanC'était mieux hier !

En ces temps perturbés, il est utile comme souvent de prendre un peu de recul.
Le syndrome « c'était mieux hier » me paraissant particulièrement répandu, une fois de plus j'ai fait appel à mes souvenirs.
D'un naturel prudent, j'ai fait quelques recherches pour vérifier que ma mémoire ne me trahissait pas ; Et bien non tout va bien, merci, ce qui me permet de vous livrer un élément intéressant pouvant éclairer quelques débats actuels.
Voici ce que j'ai retrouvé :

edito image 1

Oui, il a été à l'époque, interdit d'augmenter les salaires, sans article 2, ni inversion de la hiérarchie des normes, avec toute l'autorité de la plus haute norme légale. Rappelons que l'inflation était à l'époque de presque 12 % soit pas loin de 1 % par mois, et donc sans augmentation de salaire, perte sèche en pouvoir d'achat équivalente.
En tant qu'Inspecteur du Travail j'ai dû (avec peu de zèle, j'avoue, il y a prescription enfin j'espère !) faire respecter cette règle.
Et ça ne rigolait pas : en cas d'infraction, un employeur qui aurait ignoré cette règle risquait une amende de 3 00 à 8 000 francs par salarié concerné et par mois ! Devinez qui devait lancer des poursuites ?
J'ai eu peu d'accrochages avec les organisations syndicales à ce sujet, abasourdis qu'en étaient leurs représentants. J'ai dû affronter de nombreux regards incrédules de salariés ; Les vraies engueulades furent avec des employeurs… Difficile d'expliquer à un patron que je devais lui interdire d'augmenter un salarié alors qu'il souhaitait le retenir, un concurrent lui proposant un salaire supérieur…
Pour les plus jeunes, les auteurs de cette Loi du 30 juillet 1982 étaient : Consulter la liste des signataires
Je laisserai chacun à ses propres commentaires…
Je limiterai les miens à quatre points :

  • Pour ceux qui seraient tentés de lancer un « décidément ces socialistes ! Toujours les mêmes !!! »  Je leur ferais remarquer que deux des signataires, Charles Fiterman et Anicet le Pors, étaient membres du Parti communiste et membres importants de ce gouvernement comme deux autres de leurs camarades, Jack Ralite et Marcel Rigout.
  • Le moins qu'on puisse dire c'est que cette mesure drastique n'était pas prévue dans le programme commun de gouvernement. François Mitterrand non plus n'avait pas été élu pour ça comme on le rappelle souvent aujourd'hui à propos d'un autre François.
  • Qu'on soit d'accord ou non avec cette mesure de rigueur, elle fut appliquée sans donner lieu à des troubles sociaux majeurs.
  • Le Président et les ministres, confrontés à une crise grave, assumèrent leurs responsabilités sans tenter de la renvoyer aux partenaires sociaux d'une manière ou d'une autre, par exemple, via une inversion de la hiérarchie des normes.

Gilles Karpman

Gestion des conflits


Développer la capacité des encadrants à mieux anticiper, prévenir et le cas échéant gérer les conflits grâce à une bonne compréhension des différentes natures de conflits auxquelles le management peut être confronté et d'acquérir :
> Les postures et techniques d'approche qui sont communes à tous les conflits,
> Les responsabilités et les positionnements attendus en fonction de la nature de chacun d'eux.

Consulter notre programme

Mots croisés
Catalogue de formation
L'IDée du mois
Syndicalisme et représentation du personnel, la grande confusion

Alors qu'au début elles n'étaient pas entièrement acquises à une représentation des salariés qui leur soit extérieure, les organisations syndicales ont joué un rôle de premier plan dans la mise en place progressive d'une représentation du personnel élue, et notamment des délégués du personnel en 1936, jusqu'à en devenir leurs premiers défenseurs.

Vous ajoutez la présomption irréfragable reconnue en 1966 pour cinq d'entre elles (certes disparue depuis les nouvelles règles de 2008 mais qui n'ont pas encore d'effet réel sur le paysage qui s'est construit sur cette base) et vous obtenez, dans les grandes entreprises où les organisations syndicales sont présentes, cette double dimension quasi systématique des mandatés d'être à la fois « élus » et « syndicalistes ».

Lire la suite de l'article

L'écho des tribunaux
Harcèlement moral : la responsabilité de l'employeur n'est plus automatique !
L'écho des tribunaux

La faute de l'employeur n'est plus automatique lorsque des faits de harcèlement moral se produisent dans l'entreprise. L'arrêt du 1er juin 2016 nous indique à quelles conditions il peut s'exonérer de sa responsabilité par une démarche active de prévention des risques.


Le texte du mois
Ni pour ni contre, bien au contraire !
Texte du mois

Lorsqu'un projet de réforme rencontre une opposition forte, il est toujours difficile de n'être ni pour ni contre mais ailleurs. Le tropisme pour/contre est une force contre laquelle il semble vain de lutter.

Comme il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, je vais me risquer à défendre une position ni pour ni contre … ailleurs !


Gilles Karpman : Directeur de la Publication - newsletter@ideeconsultants.fr
Vous recevez cette newsletter n° 61 - Juillet 2016 car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du site www.ideeconsultants.fr
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous à IDée Consultants - 220/224 boulevard Jean Jaurès 92100 BOULOGNE BILLANCOURT - Tél. 01 55 20 96 10.

Accueil NewsContact