Newsletter 57
Si vous ne parvenez pas à lire ce mail, cliquez ici
IDEE CONSULTANTS
L’actualité des RH, des Relations Sociales et du Management

L'EDITO

Yves PinaudBuzz l'Eclair, nouveau roi du dialogue

On pouvait avoir le sentiment que les nouveaux modes de communication, autour notamment du web (d'abord internet et les messageries puis maintenant les réseaux sociaux), allaient remettre en cause les vecteurs traditionnels par lesquels le syndicalisme, au quotidien ou à l'occasion de mouvements sociaux, véhiculait ses messages, que ce soit ses mots d'ordre ou ses actions de mobilisation et de revendications.
On pouvait même imaginer que les militants syndicaux, fortement attachés, culturellement voire affectivement, aux usages de leurs plus belles heures (le bon vieux tract au portail, la harangue sur le tonneau au beau milieu de l'atelier, le barbecue et les merguez pour les jours de grève) auraient du mal à intégrer les outils d'aujourd'hui et les codes des nouvelles générations.
Mais ce qui apparaît aujourd'hui et prend de l'ampleur est un phénomène de rupture encore plus grand, car il ne change pas seulement les outils de communication mais, par ce qu'ils permettent, peut conduire à « bypasser » et donc mettre en péril les rôles d'intermédiaires et de canalisateurs que sont les syndicats.
Les réseaux sociaux, des pages Facebook aux tweets, sont aujourd'hui un vecteur pour demander ou donner directement la parole, du peuple ou au peuple et nous avons vu récemment que le poids de pétitions, pouvant très rapidement réunir et porter « l'opinion » de milliers de personnes, prenait de vitesse les capacités de réaction et de prise de position des organisations syndicales sur le sujet.
Est-ce une bonne nouvelle ? Oui, pour partie, si elle force nos vieux acteurs à sortir de leur torpeur et de leur relatif confort de fonctionnement autour des schémas du passé et en espérant que cela les poussera à faire davantage de même sur leur fond de pensée…
Mais cela comporte également un risque important : celui d'une pensée jetable, épidermique et approximative, sans capacité de ligne directrice, de synthèse et de canalisation, favorisant tous les clientèlismes et toutes les démagogies qui peuvent se nourrir et prospérer sur l'humeur du jour.
Ainsi, le droit du travail serait devenu la nouvelle passion des français cyber navigants. Comme quoi tout arrive. Et dans ce cas avec un apprentissage fulgurant. Mais à quoi mesure-t-on la pertinence d'un débat ? La qualité argumentaire, y compris d'une opposition ? A un nombre de clics ? Pour la loi El Khomri, la sentence est sans appel, mais elle veut dire quoi ? 500 000 signataires pour la pétition sur change.org, 40 000 like sur Facebook, 50 000 tweets et trois ratons laveurs, et après ?
C'est pourtant comme ça qu'on peut faire descendre la jeunesse dans la rue, et pas pour dénoncer que 100 000 jeunes de moins de 25 ans sont au chômage mais pour les impacts virtuels que la loi El Khomri pourraient avoir exceptionnellement et sur quelques uns des rares d'entre eux qui auront la chance de trouver du travail. On est mal barré.
L'ère est donc au buzz comme il est au referendum, tout le monde sait ou croit tout savoir sur tout et plus que jamais, ce n'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer son tweet.
Mais retrouver le sens du collectif, développer une réflexion sur les enjeux à moyen et long terme, construire des argumentaires pour nourrir des débats et savoir en déduire des postures et des pratiques serait également salutaire. Pour sauver le dialogue social, tapez 1.

Yves Pinaud

SMS

Analyse de votre Système de Management de la Sécurité (SMS)

Décrouvrez notre accompagnement par un état des lieux de vos pratiques et de votre organisation réelles en matière de Santé et Sécurité du travail, et l'évaluation de l'efficacité de votre dispositif.

Consulter notre présentation

Mots croisés
Catalogue de formation
L'IDée du mois
Une vraie réforme pour les CHSCT : l'élection par tous les salariés

Les dernières lois qui ont touché au dialogue social, depuis celle de 2008 et jusqu'aux lois Macron et Rebsamen de l'été dernier, ont pour ambition plus ou moins affichée de lui permettre de revenir au fond, aux vrais sujets à débattre et à négocier, plutôt qu'aux tendances d'instrumentalisation ou de judiciarisation qui se développent, plus encore depuis la mise en exergue des risques psychosociaux.

Lire la suite de l'article

L'écho des tribunaux
L'employeur a-t-il des chances de gagner devant le Conseil de prud'hommes ?
L'écho des tribunaux

Les débats nourris autour de l'avant projet de loi El Khomri sur le plafonnement des indemnités accordées en cas de licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse sont l'occasion de faire un état des lieux de la situation de la justice prud'homale et des « tendances » en matière de contentieux du travail.


Le texte du mois
Indemnités prud'homales : le débat qui abat le plafond
Texte du mois

Très attendu par le patronat, casus belli pour les organisations syndicales, le plafonnement des indemnités prud'homales a finalement été retiré dans une relative indifférence de la nouvelle mouture du projet de loi El Khomri présentée par Manuel Valls.

Une excellente illustration des errements que l'on peut observer autour de ce texte qui s'appuient sur une recette imparable : un diagnostic contestable, une mauvaise solution et une critique absurde.


Gilles Karpman : Directeur de la Publication - newsletter@ideeconsultants.fr
Vous recevez cette newsletter n° 57 - Mars 2016 car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du site www.ideeconsultants.fr
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous à IDée Consultants - 220/224 boulevard Jean Jaurès 92100 BOULOGNE BILLANCOURT - Tél. 01 55 20 96 10.

Accueil NewsContact