Newsletter 54
Si vous ne parvenez pas à lire ce mail, cliquez ici
IDEE CONSULTANTS
L’actualité des RH, des Relations Sociales et du Management

L'EDITO

Yves PinaudPour tenir la route, le travail doit repasser son code

Le projet de refonte du Code du Travail a fait l'objet des premières annonces de principe, sur les objectifs et le calendrier et sur un sujet aussi sensible, impossible d'être épargné par les instrumentalisations de tout poil et de tout bord, dans un sens ou dans un autre, autour notamment de cette angoissante mais essentielle question : peut-on parler de réformette ou de révolution ? L'idée que cela puisse n'être ni l'un ni l'autre étant par avance écartée.

Les médias, le plus souvent peu experts du sujet, se disputent également ce qui peut en être exploité pour en valoriser une présentation de droite ou une présentation de gauche, plus rare étant ceux qui en essaient une présentation intelligente.

Et pourtant, quel est l'enjeu ? Le Code du Travail a vocation à protéger les salariés de l'exploitation patronale. Dit autrement, il vise à reconnaître et en même temps fixer les limites du pouvoir de direction et érige des protections des salariés contre les abus, volontaires ou non, auxquels conduirait inévitablement la seule recherche de l'optimisation des objectifs propres à l'employeur.

Mais à force de règles et de protection cumulées, il peut même finir par aboutir à la protection ultime des salariés contre les risques d'exploitation en les maintenant à l'écart du travail.

Accepter de reconnaître que les temps ont changé ne consiste pas à acter que le salariat n'aurait plus besoin de protection, ça se saurait. Ils ont changé au sens où des règles posées pendant « les trente glorieuses » pour accompagner l'emploi de masse sont pour certaines devenues contreproductives depuis les « quarante piteuses » et le chômage de masse.

Parce qu'il est terminé et depuis longtemps, le monde dans lequel les relations de travail pouvaient se construire pour un salariat uniforme, aux problématiques similaires, sur la base de lois protectrices complétées de conquêtes sociales qui pouvaient s'appuyer sur la lutte. Le temps n'est plus de foncer, bille en tête à Billancourt, pour engranger de nouveaux Zaquis, mais il est venu de ciseler, entreprise par entreprise, les réponses multiples aux besoins multiples, des entreprises comme des salariés.

Ce sont les ambitions annoncées de la réforme :

  • Un ordre public pour ce qui doit garantir les protections fondamentales de chacun ;
  • Un véritable pouvoir de négociation dans les entreprises dont la représentation des salariés est réelle et pour celles qui n'en sont pas dotée, des branches professionnelles enfin démantelées, pour passer d'un fatras illisible et inopérant à un découpage de problématiques communes qui ait du sens ;
  • Un droit commun garantissant par défaut, hors négociation, des situations d'équité.

Le projet final répondra-t-il aux enjeux ? On demande à voir mais on ne va pas en faire le deuil avant l'heure et même espérer qu'on lui donne une chance d'y répondre, même si ce n'est qu'imparfaitement. Parce que nos relations sociales et nos relations de travail ont moins besoin de penseurs ou d'idéologues qui regardent à droite ou à gauche que d'acteurs qui regardent devant.

Yves Pinaud

image 13 novembre 2015

Mots croisés
Catalogue de formation
L'IDée du mois
Boire ou fumer

A propos de la possibilité d'utiliser des tests salivaires de manière préventive en entreprise.

Bien que le Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé ait émis en 2011 un avis favorable au dépistage des substances psychotropes sur les lieux de travail, la jurisprudence la plus récente s'y oppose.

Lire la suite de l'article

L'écho des tribunaux
Intouchables ? Ce n'est qu'au cinéma !
L'écho des tribunaux

Il est très fréquent d'entendre des dirigeants d'entreprises affirmer qu'il est impossible de licencier un salarié dit « protégé » et donc selon eux devenu « intouchable ».


Le texte du mois
GPEC contre RPS (Qualité de vie au travail)
Texte du mois

La presse spécialisée et même grand public multiplient les articles sur deux sujets semble-t-il très à la mode : la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et la qualité de vie au travail/la prévention des risques psychosociaux.


Gilles Karpman : Directeur de la Publication - newsletter@ideeconsultants.fr
Vous recevez cette newsletter n° 54 - Novembre 2015 car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du site www.ideeconsultants.fr
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous à IDée Consultants - 220/224 boulevard Jean Jaurès 92100 BOULOGNE BILLANCOURT - Tél. 01 55 20 96 10.

Accueil NewsContact