Si vous ne parvenez pas à lire ce mail, cliquez ici

Equipe IDEE CONSULTANTS Accueil News Contact
L’actualité des RH, des Relations Sociales et du Management
Actualités
EDITO
Fabrice SignorettoCGT, CFDT : un paysage syndical qui se met en mouvement ?

Pour qui s’intéresse à l’évolution du syndicalisme français, avoir vu François Chèréque et Bernard Thibault intervenir ensemble à un JT de 20h00, pour déclarer leur désapprobation commune au projet de loi prévoyant un recul de l’âge de la retraite, constitue un acte non seulement symbolique mais surtout politique dans la vie syndicale française.
Du jamais vu depuis plus de trente ans ! Si par ailleurs, on relie cet événement à la visite du numéro 1 de la CGT au congrès de la CFDT où il a été accueilli par des applaudissements et à la signature de la position commune d’avril 2008 qui a précédé la réforme législative de la représentativité syndicale, on ne peut s’empêcher d’analyser cet ensemble d’actes comme les prémices d’une vision commune de l’action syndicale dont l’épicentre est aujourd’hui la réforme de la retraite.
Comme dans toute organisation, y compris les entreprises, entre le sommet et la base tout n’est pas identique. L’heure de l’unité d’action syndicale n’a pas encore sonné, en particulier dans les entreprises où plus de trois décennies d’affrontement syndical ont profondément marqué les militants de ces deux confédérations.
Toutefois, l’hypothèse ne peut être considérée comme une conjecture purement fantaisiste.
En effet, ces deux confédérations qui représentent, ne l’oublions pas, les deux courants historiques du syndicalisme français (1) ont tout intérêt, surtout depuis la réforme de la représentativité syndicale, à coordonner leurs actions et revendications, notamment pour obliger leurs concurrents respectifs : la CFE-CGC et l’UNSA pour la CFDT ; SUD et FO (du moins pour certaines fédérations) pour la CGT, à mieux définir leur stratégie.
Les conditions d’une telle convergence nous semblent réunies. La CGT poursuit sa stratégie du compromis (voir son dernier congrès), même si, de ci de là, se manifestent encore quelques guerres fratricides (celle des deux CGT de Renault Douai, par exemple), et la CFDT, elle, a tiré les leçons d’une politique contractuelle effrénée (l’accord sur les retraites de 2003, notamment), sans oublier que les deux leaders viennent d’être tous les deux réélus à la tête de leur confédération.
Ce faisant, les deux centrales pourraient ainsi se faire mieux entendre et comprendre des salariés, en limitant le brouillage de leurs discours par celui de leurs concurrents, et ce tout en affirmant leur identité respective.
En s’imposant, de la sorte, comme les principaux interlocuteurs du patronat et du gouvernement, elles éviteraient l’écueil d’être poussées ou tirées, respectivement sur leur droite ou leur gauche par leurs outsiders respectifs ayant quelque pouvoir d’influence sur leurs militants.
Si cette analyse devait se confirmer, cela se traduirait pour les entreprises par une rénovation de leur dialogue social. Un discours syndical plus soutenu par les salariés renforcerait une nécessaire approche plus collective des problèmes à traiter, avec la satisfaction de voir s’élaborer par la négociation des compromis plus sûrs, car mieux compris et acceptés.
Rien n’est encore fait et comme nous le savons de la coupe aux lèvres le chemin est long. Cependant il appartient aux patronats comme aux pouvoirs publics de comprendre que le paysage change (2) et que leur stratégie d’hier est à revoir : la concertation est une chose, la négociation une autre, plus sérieuse qu’il faut accepter.

Fabrice Signoretto

(1) En considérant que la CFDT constitue la continuité de la branche réformiste qui était incarnée au début du 20ème siècle par la CFTC
(2) Nous reviendrons dans un prochain numéro de notre Newsletters sur ce thème


Agenda

JUIL
AOUT 2010

° Septembre - octobre, petit déjeuner de présetnation d'i-DT.online, notre e-learning Droit du Travail. Pour plus d'infromations, rdv sur notre site internet


Quoi de neuf

Quoi de neuf° Désignation du Représentant de la Section Syndicale : de nouvelles précisions
Les syndicats désirant s’implanter dans une entreprise, doivent d’abord créer une section syndicale puis désigner un Représentant de la Section Syndicale. La Cour de cassation apporte des précisions à ces nouvelles règles

° Licenciement économique : le délai de prescription de 12 mois ne concerne que les PSE
Au terme de l'article L.1235-7 du code du travail « Toute contestation portant sur la régularité ou la validité du licenciement (économique) se prescrit par douze mois (…)». Toutefois, la Cour de cassation limite le champ d’application de ce délai de prescription

° Salariés mis à disposition : dans quelle entreprise voter ?
Les salariés mis à disposition d’une entreprise utilisatrice par leur employeur ont le droit de choisir l’entreprise dans laquelle ils souhaitent voter pour élire leurs représentants du personnel. Soit leur entreprise d’origine, soit l’entreprise d’accueil. Quand doivent-ils exercer ce droit d’option ?

°
Portabilité du DIF : des précisions données par Pôle emploi
Les salariés peuvent conserver après la cessation de leur contrat de travail leur crédit d’heures de DIF non utilisé dans l’entreprise qu’ils ont quittée. Dans une note d’information, Pôle emploi explique les modalités d’application de la portabilité du DIF en cas de chômage.


° L’employeur ne peut pas agir en justice au nom du CE
Pour agir en justice, le comité d’entreprise qui dispose d’une personnalité morale propre, doit désigner un de ses élus titulaires pour le représenter.

°
En cas de procédure pénale, quel délai l’employeur doit-il respecter pour sanctionner le salarié ?
Lorsque des poursuites pénales sont engagées contre un salarié, de quel délai dispose l’employeur si celui-ci envisage de licencier le salarié ayant été condamné ?



Question du DRH
La question du DRHGrave, le taux de fréquence

On observe avec satisfaction depuis quelques années que de nombreuses entreprises semblent avoir pris la question de la sécurité à bras le corps. Si des ambiguïtés et contradictions subsistent, il ne manque plus d’entreprises d’une certaine taille dont les dirigeants exigent de leur managers des résultats en cette matière. Selon les bons usages, qui dit résultats dit indicateurs, TF et TG font désormais partie des nombreux ratios surveillés de près par les directions générales et même, parfois, par des agences de notations.
Ce progrès ne va pas sans dérives. Il est temps de s’en inquiéter pour les corriger et rester dans la bonne direction.

Reconnaissons tout de suite que TF et TG sont incontournables car ils ont des mérites indépassés et notamment celui de permettre des comparaisons temporelles ou inter-établissements. Ils ont aussi les défauts de tout indicateur : réduire une réalité complexe à une information compactée.

Lire la suite de l'article.

Cela vous intéresse
Cela vous intéresseRelations sociales ?

« C’est un problème de relations sociales, pas un problème juridique »

Cette phrase, les clients d’IDée Consultants l’ont souvent entendue prononcée par nos intervenants. Mais qu’est-ce donc exactement qu’un problème de relations sociales, une fois que tout le monde est d’accord qu’il ne s’agit pas d’un problème de droit ?
Illustrons cette idée par un exemple…

Lire la suite de l'article.

A noterA NOTER

Accords seniors : Bilan très mitigé sur le recrutement
Selon le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), se basant sur les deux études (DGEFP et DGT) qui analysent un certain nombre d’accords de branche et d’entreprise en faveur de l’emploi des seniors, le bilan est plutôt mitigé !

Lire la suite de l'article.

Le rachat de jours de RTT ?
Selon une étude du ministère du Travail, il y a très peu de demandes de rachat de jours de RTT.

Lire la suite de l'article.

AlerteALERTE

Un cocktail sur le lieu de travail à l’initiative de l’employeur, est du travail effectif !

Lire la suite de l'article

La représentativité syndicale peut être contestée dans un délai de 15 jours suivant le premier tour

Lire la suite de l'article..

La fin de la retraite à 60 ans, l’avant-projet du gouvernement porte à 62 ans l’âge légal de départ

Lire la suite de l'article.

Flux RSSAbonnement à notre flux RSS
Une manière simple de rester informé dès qu'un contenu de notre site est mis en ligne.

Gilles Karpman : Directeur de Publication - karpman@ideeconsultants.fr
Elodie Marcuccilli
: Chargée du Développement - marcuccilli@ideeconsultants.fr
Vous recevez cette newsletter N°10 Juillet/Août 2010 car vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du site www.ideeconsultants.fr
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous à IDée Consultants - 220/224 boulevard Jean Jaurès 92100 BOULOGNE BILLANCOURT - Tél. 01 55 20 96 10.

Accueil NewsContact